Philippe Bruneau

Président PHB Conseil

Philippe Bruneau

« La fiscalité façonne et cisèle la société dans laquelle nous vivons. »

Parcours
  • Philippe Bruneau a commencé sa carrière en 1990 au sein de la Banque Indosuez en tant qu’ingénieur patrimonial, puis assura la fonction de responsable du développement de la clientèle du Crédit Agricole au sein de la Banque de Gestion Privée Indosuez de 1993 à 2000.
  • De 2000 à 2008, il fut directeur clientèle privée à La Compagnie Financière Edmond de Rothschild et directeur général d’Assurances Saint-Honoré Patrimoine, puis directeur général de Mirabaud Gestion de 2008 à 2010.
  • De mai 2010 à juillet 2016, il était directeur central de la Banque Neuflize OBC.
Publications

Collaborateur au Monde, chargé d’enseignement à HEC, il est également co-auteur de « Ingénierie fiscale du patrimoine », EFE, 2009, 13ème éd. et « Le travail ne paie pas », DENOEL, 2007.

LES PUBLICATIONS RÉCENTES DE Philippe Bruneau
Généralités

Quinquennat Macron : quelle évolution de la fiscalité des particuliers ?

Alors que le quinquennat de l’actuel président de la République française se termine, Dalloz actualité a souhaité retracer, à travers une série d’entretiens, les grandes évolutions juridiques à l’œuvre durant ces cinq dernières années sous l’effet conjugué de l’action des pouvoirs exécutif et parlementaire, voire des décisions de justice, et réfléchir aux évolutions à venir. Focus sur l’évolution de la fiscalité des particuliers.
Réforme fiscale

Fiscalité : « Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent »

Les fiscalistes Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier examinent, dans une tribune au « Monde », une série de propositions en matière fiscale faites par les candidats à l’élection présidentielle et constatent que leur faisabilité juridique se heurte aux règles constitutionnelles françaises.
TVA

Augmenter la TVA pour baisser cotisations sociales et CSG serait efficace et équitable

Philippe Bruneau, Jean-Yves Mercier, Jérôme Turot, respectivement président et membres du Cercle des fiscalistes, plaident pour une augmentation du taux de TVA de 20% (mais pas ceux de 5,5% et de 10%) qui permettrait de taxer les produits étrangers importés et de financer une baisse corrélative des prélèvements qui s’opèrent sur les revenus.