Les revenus d’un contrat multisupport sortent du calcul du bouclier fiscal

Publié le 4/03/2010

L’arrêt du Conseil d’Etat du 13 janvier est une bonne nouvelle pour les contribuables éligibles au bouclier fiscal. Les revenus générés par un contrat d’assurance-vie multisupport ne sont plus pris en compte dans le calcul du plafonnement d’impôts à 50 %. Les souscripteurs n’auront plus à veiller au « seuil des 20 % » en cas d’arbitrage ou de baisse des marchés. Le Conseil d’Etat conteste, en effet, l’instruction administrative du 26 août 2008, qui prévoit que les revenus générés par un contat multisupport sont intégrés dans la masse des revenus pris en compte au titre du bouclier, si moins de 20 % de l’investissement est réalisé en unités de compte. Les contribuables qui ont intenté un procès à l’Etat vont pouvoir appliquer l’arrêt du 13 janvier. Les autres ont intérêt à initier un contentieux pour obtenir le remboursement du trop-perçu. Ils peuvent ainsi récupérer les impôts acquittés depuis 2007, car le régime de prescription en matière d’impôt sur le revenu est de trois ans plus l’année en cours. Encore faut-il que les souscripteurs soient avertis de cette possibilité de réclamation… Bercy n’a, hélas, pas prévu, à ce jour, de prévenir les intéressés. De plus, il devrait, en principe, être possible de réclamer le trop-perçu au titre des années prescrites, et de remonter jusqu’à 2005, date de création du bouclier fiscal. Cela relève d’une décision politique.

Source : article paru dans »Challenges » le 4 mars 2010
  • Partager
Pour aller plus loin :
ISF / IFI

Modification des règles de détermination de la valeur imposable des parts ou actions

Les règles de détermination de la valeur imposable à l’impôt sur la fortune immobilière des parts ou actions de sociétés détenant des actifs immobiliers sont substantiellement modifiées. Désormais, par principe, le passif de la société ne pourra plus être pris en compte pour l’évaluation des titres sociaux, sauf lorsqu’il est afférent à des actifs imposables.

ISF / IFI

Impôt immobilier : une réforme inopportune

Un amendement relatif à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), émanant de députés socialistes, a été retenu par le gouvernement dans le projet de loi de finances pour 2024. Son objectif affiché est d’harmoniser l’assiette de cet impôt entre les assujettis qui possèdent un patrimoine immobilier en direct, et ceux qui le détiennent par l’intermédiaire d’une société.

ISF / IFI

Comment, par mégarde, vous pouvez faire de vos enfants des assujettis à l’impôt sur la fortune immobilière ?

Dans certaines circonstances, les enfants de parents assujettis à l’IFI peuvent avoir à le régler explique, dans sa chronique, l’avocat honoraire fiscaliste Jean-Yves Mercier.


Les Rencontres de la Fiscalité

3ème édition

INSCRIPTION