L’ISF renforcé et son plafonnement sous le regard du Conseil constitutionnel

Publié le 19/11/2012

Le mécanisme du plafonnement qui encadre la hausse que va subir l’ISF au 1er janvier 2013 avec l’introduction de taux s’échelonnant de 0,5 % à 1,5 % en lieu et place des taux actuels de 0,25 % et de 0,5 % sera regardé de près rue Montpensier. Le Conseil constitutionnel avait, en effet, souligné en août dernier la nécessité de plafonner la charge d’ISF appelée à résulter du rétablissement d’une imposition de pareille ampleur.

La loi fixe à 75 % du revenu la limite de la dette fiscale représentée par le cumul des impositions directes et de l’ISF. Première interrogation : en postulant que tout assujetti doit pouvoir abandonner au fisc 75 % de son revenu, si minime soit ce revenu, cette règle adapte-t-elle bien l’effort de chacun à ses facultés contributives ?

Aux revenus réalisés, la loi assimile des enrichissements latents. Premier d’entre eux, la progression enregistrée dans l’année sur la valeur de rachat des contrats d’assurance-vie ou de capitalisation. Alors que la hausse enregistrée sur les fonds euros des contrats multisupports est un acquis, celle constatée sur les unités de compte dont le sous-jacent est soumis aux fluctuations de la bourse est par essence éphémère. Pourquoi d’ailleurs en faire un revenu alors que le détenteur de titres cotés n’a pas à compter comme un revenu la hausse annuelle de la valeur de son portefeuille ?

Deuxième assimilation problématique, celle qui érige en revenu la revalorisation annuelle des parts d’OPCVM de capitalisation : sauf garantie de l’émetteur, le porteur n’est pas à l’abri d’une baisse ultérieure de ses parts.

Le statut de revenu est aussi conféré aux gains nets placés en report d’imposition, catégorie à laquelle se rattachent désormais les plus-values réalisées par les actionnaires d’une entreprise familiale qui apportent leurs titres à une société constituée entre eux pour en pérenniser la détention. Mais de tels apports, rémunérés en titres, ne confèrent aux intéressés aucune ressource mobilisable pour le paiement de l’impôt.

La décision du Conseil tombera en fin d’année. Si elle devait censurer en bloc le plafonnement et le nouveau barème, on reviendrait pour 2013 à un ’ISF calculé aux taux de 0,25 % ou de 0,5 %, sauf remise en chantier d’une nouvelle réforme respectueuse des enseignements livrés par les Sages.

Article rédigé par Jean-Yves Mercier, avocat associé, CMS Bureau Francis Lefebvre, membre du Cercle des fiscalistes

Source: Article paru dans » Le Monde » du 19 décembre 2012

  • Partager
Pour aller plus loin :
ISF / IFI

Indexation IR

Pour neutraliser les effets de l’inflation sur l’impôt sur le revenu (IR), le gouvernement a récemment annoncé qu’il réévaluera les seuils de chaque tranche d’IR de 4,8% en 2024. Il présente cette mesure comme un cadeau aux contribuables dont le coût serait de l’ordre de 5 à 6 milliards.

ISF / IFI

IFI 2024

2024 marque un sérieux changement dans le calcul de l’IFI dû sur les :tres de sociétés détenant à la fois des ac:fs immobiliers et des ac:fs financiers. L’IFI portait ini:alement sur la frac:on de la valeur des :tres correspondant à la part des ac:fs immobiliers dans l’ac:f total.

ISF / IFI

Modification des règles de détermination de la valeur imposable des parts ou actions

Les règles de détermination de la valeur imposable à l’impôt sur la fortune immobilière des parts ou actions de sociétés détenant des actifs immobiliers sont substantiellement modifiées. Désormais, par principe, le passif de la société ne pourra plus être pris en compte pour l’évaluation des titres sociaux, sauf lorsqu’il est afférent à des actifs imposables.


Le Cercle des fiscalistes apprend, ce mardi 2 juillet,

le décès de l’un de ses membres, Philippe Baillot, à l’âge de 68 ans.

Philippe se signalait par son sens de l’humour et sa jovialité. Très attaché à ses racines aveyronnaises, il aimait faire partager à son entourage son goût pour les choses de la table. Ses collègues compatissent à la peine de sa famille.