A quand une nouvelle commission de la hache ?

Publié le 18/06/2015


Source : Challenges du 18 juin 2015

Les pouvoirs publics ont engagé, à juste titre, une politique de simplification des procédures administratives.
Il a ainsi été décidé, par voie législative, d’inverser le principe selon lequel le silence de l’administration vaut rejet de la demande de l’administré. Désormais, si une administration ne répond pas à une demande dans le délai, par exemple de six mois prévu par le fisc, cela vaudrait acceptation…Merveilleux retour au bon sens ! Malheureusement, cette réforme ne porte que sur un tiers des 3600 procédures administratives recensées. Ce qui fait qu’il faut désormais vérifier quel est le droit applicable à chaque procédure et dans quel cas le silence de l’administration vaut rejet ou acceptation implicite de la demande. Patchwork incompréhensible où seuls les spécialistes (ou les agents de l’administration) peuvent se retrouver. Est-ce vraiment le meilleur moyen de rapprocher les administrés de l’administration ?
Il y a un certain nombre d’années, sous la IVe République, on avait créé une commission dite « de la hache », puis « de la guillotine ». Elle était chargée de supprimer les textes abscons, redondants, incompréhensibles. Demandons la remise en place une telle commission.
Et attendons la réponse.

Pour aller plus loin :
Réforme fiscale

Fiscalité : « Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent »

Les fiscalistes Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier examinent, dans une tribune au « Monde », une série de propositions en matière fiscale faites par les candidats à l’élection présidentielle et constatent que leur faisabilité juridique se heurte aux règles constitutionnelles françaises.

Réforme fiscale

Doper le pouvoir d’achat des Français par une baisse de la CSG

La baisse doit s’accompagner d’une augmentation du temps passé à travailler. De l’effort des actifs dépend la création de richesses supplémentaires qui fourniront aux intéressés des revenus complémentaires, accroîtront les recettes budgétaires liées à la vente de davantage de biens et services, et serviront à financer la baisse des prélèvements qui frappent les revenus de tout un chacun.

Réforme fiscale

Le casse-tête budgétaire créé par la crise sanitaire

Pour résoudre une équation complexe, le Cercle des fiscalistes propose d’utiliser l’épargne abondante des Français en émettant un nouveau grand emprunt national.