L’« exit tax » cache la forêt de l’exil fiscal

Publié le 19/03/2013

L’exploitation des premières déclarations déposées par les contribuables soumis à l’« exit tax » créée en juillet 2011 a suscité des commentaires pour le moins contrastés.
Pour rappel, les personnes qui quittaient la France devaient en avertir le fisc si elles détenaient un portefeuille d’actions de plus de 1,3 million d’euros ou si elles étaient titulaires de titres représentatifs d’une participation leur conférant au moins 1 % des bénéfices sociaux de l’entreprise.
Au cours des dix derniers mois, 128 personnes se sont pliées à la déclaration. Il en est ressorti un montant global de plus-values latentes de 1,4 milliard d’euros, soit 11 millions en moyenne par déclarant.
RADAR LIMITÉ
128 départs sur dix mois, cela fait treize par mois, chiffre qui n’est pas considérable. Sauf que le radar de l’« exit tax » se concentre sur les actions détenues dans des sociétés exploitant une entreprise.
Le patrimoine immobilier, qu’il soit détenu directement ou sous forme de titres de sociétés, n’est pas déclaré, car la plus-value de cession de ces biens restera fiscalement rattachée à la France en dépit du départ.
L’« exit tax » n’atteint pas non plus l’épargne investie dans les contrats d’assurance-vie ni les éléments incorporels détenus en propre (brevets, droits d’auteur). Le contingent des personnes qui ont quitté la France alors qu’elles étaient en possession de tels avoirs n’est pas chiffrable et, à coup sûr, nettement plus élevé.

Ceux qui accompagnent les candidats à l’exil fiscal – avocats fiscalistes, conseillers en gestion de patrimoine, banques privées… – ont la très nette impression que le phénomène s’est amplifié au cours de ces derniers mois. Les déclarations d’« exit tax » qui seront déposées en juin 2013 par les contribuables partis en 2012 offriront une première occasion de mesurer cette tendance.

Article rédigé par Jean-Yves Mercier, avocat associé, CMS Bureau Francis Lefebvre, membre du Cercle des fiscalistes

Source : Le Monde.fr du 19/03/2013
Pour aller plus loin :
Réforme fiscale

Fiscalité : « Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent »

Les fiscalistes Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier examinent, dans une tribune au « Monde », une série de propositions en matière fiscale faites par les candidats à l’élection présidentielle et constatent que leur faisabilité juridique se heurte aux règles constitutionnelles françaises.

Réforme fiscale

Doper le pouvoir d’achat des Français par une baisse de la CSG

La baisse doit s’accompagner d’une augmentation du temps passé à travailler. De l’effort des actifs dépend la création de richesses supplémentaires qui fourniront aux intéressés des revenus complémentaires, accroîtront les recettes budgétaires liées à la vente de davantage de biens et services, et serviront à financer la baisse des prélèvements qui frappent les revenus de tout un chacun.

Réforme fiscale

Le casse-tête budgétaire créé par la crise sanitaire

Pour résoudre une équation complexe, le Cercle des fiscalistes propose d’utiliser l’épargne abondante des Français en émettant un nouveau grand emprunt national.