La confiance sera-t-elle au rendez-vous du civisme demandé aux citoyens ?

Publié le 25/05/2012

Avec la hausse de sa pression fiscale, la France, comme d’autres pays de l’OCDE, va se trouver confrontée à la problématique du consentement à l’impôt, c’est-à-dire au fait que les citoyens acceptent ou non de le payer. C’est la question de la légitimité de notre future législation fiscale qui se posera.
Pour qu’un impôt soit accepté, il faut qu’il soit voté par le Parlement. Mais cela ne suffit pas. Car outre l’aspect politique du consentement à l’impôt, l’aspect sociologique est important. Il revient à appréhender la manière dont un Etat peut obtenir l’adhésion des citoyens à sa politique fiscale et éviter ainsi les comportements de résistance voire d’illégalité, en définitive à mettre en exergue les fondements du civisme fiscal.
Comme en économie, la confiance joue un rôle prépondérant en matière de civisme fiscal. Une confiance verticale tout d’abord, qui suppose une stabilité de la norme. A cette aune, la France fait figure de mauvais élève. Rien qu’en 2011, ce ne sont pas moins de quatre lois de finances qui ont changé les règles du jeu fiscales. Et 2012 ne s’annonce pas sous de meilleurs auspices.
Une confiance horizontale entre les contribuables ensuite, qui veut que chacun d’entre eux ait l’absolue certitude que tous les autres se soumettent à l’impôt. Cela passe en grande partie par la peur du gendarme. C’est pourquoi la lutte contre la fraude fiscale, nationale et internationale, doit accompagner toute augmentation des impôts.
Dans ce domaine, la France a récemment durci son arsenal répressif. Et elle n’est pas la seule. En pleine rigueur, l’Espagne vient de dévoiler un vaste plan de lutte contre la fraude fiscale dont le gouvernement espère collecter plus de 8 milliards d’euros. En Italie, un dispositif similaire a permis de récupérer 13 milliards en 2011. Quant à la Grèce, les actions lancées par la police fiscale et largement relayées par les médias visent essentiellement des hommes politiques. Des actions à la portée symbolique évidente.
Source: Article paru dans »Les Echos« 24/05/2012
Pour aller plus loin :
Réforme fiscale

Fiscalité : « Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent »

Les fiscalistes Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier examinent, dans une tribune au « Monde », une série de propositions en matière fiscale faites par les candidats à l’élection présidentielle et constatent que leur faisabilité juridique se heurte aux règles constitutionnelles françaises.

Réforme fiscale

Doper le pouvoir d’achat des Français par une baisse de la CSG

La baisse doit s’accompagner d’une augmentation du temps passé à travailler. De l’effort des actifs dépend la création de richesses supplémentaires qui fourniront aux intéressés des revenus complémentaires, accroîtront les recettes budgétaires liées à la vente de davantage de biens et services, et serviront à financer la baisse des prélèvements qui frappent les revenus de tout un chacun.

Réforme fiscale

Le casse-tête budgétaire créé par la crise sanitaire

Pour résoudre une équation complexe, le Cercle des fiscalistes propose d’utiliser l’épargne abondante des Français en émettant un nouveau grand emprunt national.