Vous prendrez bien une nouvelle taxe

Publié le 23/04/2015


Challenges du 23 avril 2015

Depuis que Monsieur Moscovici, alors ministre de l’Economie, a reconnu le « ras-le-bol fiscal des Français », personne n’imagine qu’on songe à créer des impôts et à augmenter la pression fiscale.
Pourtant, la nouvelle loi de finances pour 2015 a réussi cet exploit. Il n’est pas ici question de l’augmentation des taxes foncières pour les particuliers, prévue pour 2016, qui a alarmé la maire de Paris. Il n’est pas question non plus de l’augmentation annoncée de la majoration de la taxe d’habitation sur un certain nombre de résidences secondaires. Non. Il s’agit ici non pas d’impôts mais de taxes nouvelles. Le contribuable fera la différence !
D’abord, on en crée une à partir de 2015 en Ile-de- France sur les surfaces de stationnement dans les immeubles annexés à des locaux à usage de bureaux. Une taxe similaire existait déjà. Elle subsiste. Mais la nouvelle sera près de trois fois supérieure.
La même loi a créé une taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés bâties utilisées par les entreprises en Ile-de-France.
Ces mesures devraient favoriser l’implantation d’activités en région parisienne et augmenter les revenus des propriétaires fonciers ! Les locataires entrepreneurs, souvent, ne veulent pas supporter la taxe des bureaux et ne supporteront pas ces nouvelles impositions.
L’immobilier d’habitation va mal.
Celui de bureaux, très taxé, connaitrait des lendemains qui déchantent. On cherche la logique.

Pour aller plus loin :
Réforme fiscale

Fiscalité : « Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent »

Les fiscalistes Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier examinent, dans une tribune au « Monde », une série de propositions en matière fiscale faites par les candidats à l’élection présidentielle et constatent que leur faisabilité juridique se heurte aux règles constitutionnelles françaises.

Réforme fiscale

Doper le pouvoir d’achat des Français par une baisse de la CSG

La baisse doit s’accompagner d’une augmentation du temps passé à travailler. De l’effort des actifs dépend la création de richesses supplémentaires qui fourniront aux intéressés des revenus complémentaires, accroîtront les recettes budgétaires liées à la vente de davantage de biens et services, et serviront à financer la baisse des prélèvements qui frappent les revenus de tout un chacun.

Réforme fiscale

Le casse-tête budgétaire créé par la crise sanitaire

Pour résoudre une équation complexe, le Cercle des fiscalistes propose d’utiliser l’épargne abondante des Français en émettant un nouveau grand emprunt national.