Il faut assumer le statut de l’assurance-vie

Publié le 5/01/2012

Rentable jusqu’à ces dernières années ; disponible grâce au système de retrait et des avances ; légèrement imposée, en dépit de quelques coups de canif ; et surtout souple, puisqu’elle permet de transmettre, même si c’est parfois contesté, un capital hors succession sur le plan du droit civil: l’assurance-vie a toutes les raisons d’être plébiscitée. Mais une récente décision de la cour d’appel d’Angers (21 juin 2011) vient, à juste raison, de rappeler aux contribuables les limites à ne pas dépasser. L’administration s’est ainsi penchée à la fois sur l’époque à laquelle les versements ont été faits et sur la date de souscription du contrat. Car si certaines de ces primes ont été versées après 70 ans, elles sont taxables selon un régime fiscal moins favorable. Par ailleurs, l’administration s’est intéressée aux sommes déductibles de l’actif successoral d’une succession classique (par exemple, impôt sur le revenu ou charges de copropriété dues par le défunt), pour préciser que le bénéficiaire du contrat ne pouvait déduire ces dépenses.

Cette décision ne peut qu’être approuvée, car le contrat d’assurance-vie est hors succession: il bénéficie donc d’abattements spécifiques et d’un taux de taxation particulier. Il ne fait pas partie de l’actif successoral, sauf prime manifestement exagérée, et ne peut bénéficier des déductions réservées aux actifs compris dans le régime général de succession. Philosophie: l’assurance-vie bénéficie d’un régime particulier sur le plan juridique et fiscal et doit supporter les conséquences de cette autonomie.

Source : Article paru dans  » Challenges  » 05/01/2012

Pour aller plus loin :
Assurance-vie / épargne retraite

Des abattements qui s’érodent au fil des années

À l’image d’un mantra, le gouvernement ne cesse de répéter qui n’augmentera pas les impôts. Saur que, comme le rappelait Milton Friedman, « l’inflation est une forme d’imposition qui peut être imposée sans législation ». À titre d’illustration, les capitaux verses au bénéficiaire d’une assurance-vie bénéficient d’un abattement de 152 500 euros.

Assurance-vie / épargne retraite

Pourquoi s’intéresser aux contrats de capitalisation

À l’ombre de l’assurance-vie, le contrat de capitalisation reste un parent pauvre de la gestion patrimoniale. À tort, cette enveloppe pouvant répondre efficacement à de multiples besoins tant des personnes physiques que morales. Explications.

Assurance-vie / épargne retraite

Une hausse masquée de nos impôts

Dans le cadre de sa déclaration de politique générale, la Première ministre a posé solennellement en « troisième principe [de l’action de son gouvernement], le respect ferme de l’engagement pris par le président de la République devant les Français : pas de hausses d’impôts ». Depuis, cette antienne est répétée à satiété. Pour autant, la promesse présidentielle n’est nullement respectée, sur deux plans essentiels.