L’assurance-vie n’est pas un placement comme un autre

Publié le 10/11/2012

 

L’assurance-vie est le placement favori des Français – même si, aujourd’hui, ils s’en détournent un peu. De ce fait, on a tendance à oublier que le contrat d’assurance-vie n’est pas un placement comme un autre. L’assurance-vie est un contrat dit « aléatoire », c’est-à-dire qui repose sur un aléa. L’aléa, c’est la durée de vie du souscripteur. Si, lors de la souscription, il n’y a pas d’aléa, le contrat doit être requalifié. La Cour de cassation, par un arrêt de novembre 2011, a rappelé les effets de ce principe fondamental. Un père de famille avait vendu des biens immobiliers à une association et placé le produit de ces ventes dans un contrat d’assurance-vie, dont le bénéficiaire était ladite association. Dix-huit mois plus tard, il décède. Ses enfants ont estimé que leur père était atteint d’une maladie incurable et que le contrat ne comportait pas d’aléa Aussi, les sommes investies sur le contrat devaient faire partie de la succession, et si le montant dépassait la quotité disponible, celui-ci devait être réduit au montant de la quotité disponible, le solde devant revenir aux enfants. La cour leur a donné raison. Philosophie : le contrat d’assurance-vie ne peut pas être un moyen de détourner notre législation sur les droits des enfants à hériter. Si les tribunaux étaient saisis d’une multitude de dossiers comme celui-là, peut-être seraient-ils tentés de réformer le régime juridique de l’assurance-vie pour en faire un actif comme un autre dans les successions..

Source: Article paru dans « Challenges » du 11/10/2012

Pour aller plus loin :
Assurance-vie / épargne retraite

Des abattements qui s’érodent au fil des années

À l’image d’un mantra, le gouvernement ne cesse de répéter qui n’augmentera pas les impôts. Saur que, comme le rappelait Milton Friedman, « l’inflation est une forme d’imposition qui peut être imposée sans législation ». À titre d’illustration, les capitaux verses au bénéficiaire d’une assurance-vie bénéficient d’un abattement de 152 500 euros.

Assurance-vie / épargne retraite

Pourquoi s’intéresser aux contrats de capitalisation

À l’ombre de l’assurance-vie, le contrat de capitalisation reste un parent pauvre de la gestion patrimoniale. À tort, cette enveloppe pouvant répondre efficacement à de multiples besoins tant des personnes physiques que morales. Explications.

Assurance-vie / épargne retraite

Une hausse masquée de nos impôts

Dans le cadre de sa déclaration de politique générale, la Première ministre a posé solennellement en « troisième principe [de l’action de son gouvernement], le respect ferme de l’engagement pris par le président de la République devant les Français : pas de hausses d’impôts ». Depuis, cette antienne est répétée à satiété. Pour autant, la promesse présidentielle n’est nullement respectée, sur deux plans essentiels.