Les contrats d’assurance-vie peuvent être exonérés deux fois

Publié le 4/02/2010

La loi de finances impose de revoir la politique des abattements en matière d’assurance-vie. Depuis le 1er janvier 2010, les assurances-vie, sous forme d’unités de compte, sont soumises aux prélèvements sociaux (CSG et CRDS) à hauteur de 12,1 % payables au moment de l’encaissement des fonds, c’est-à-dire, généralement, au moment du décès.

La plus-value réalisée sur ces contrats supportera un prélèvement de 12,1 % (si le taux ne change pas). Or, la majorité des successions ne sont plus taxables depuis la loi Tepa. Par conséquent, pour toutes les successions non taxables entre conjoints, entre pacsés, entre parents et enfants, dans la limite des abattements, l’assurance-vie va se révéler inintéressante, car soumise aux prélèvements sociaux. Pour toutes les successions taxables, en revanche, ce type de contrat reste fiscalement intéressant, surtout si on procède à un aménagement des clauses bénéficiaires. Si le conjoint ou le pacsé perçoit le capital et les intérêts en qualité de quasi-usufruitier, il n’y aura aucun droit de succession à payer, sauf d’éventuels prélèvements sociaux, puisqu’ils sont ponctionnés en cas de décès. Ensuite, au moment du décès du conjoint ou du pacsé bénéficiaire du contrat, ses héritiers seront créanciers de sa succession. Cette créance sera déductible fiscalement de la succession, en vertu d’une réponse ministérielle Dassault. Ainsi, par le biais de cette clause, les contrats d’assurance-vie peuvent être exonérés deux fois !

Source : Article paru dans » Challenges« , le 4 février 2010

Pour aller plus loin :
Assurance-vie / épargne retraite

Des abattements qui s’érodent au fil des années

À l’image d’un mantra, le gouvernement ne cesse de répéter qui n’augmentera pas les impôts. Saur que, comme le rappelait Milton Friedman, « l’inflation est une forme d’imposition qui peut être imposée sans législation ». À titre d’illustration, les capitaux verses au bénéficiaire d’une assurance-vie bénéficient d’un abattement de 152 500 euros.

Assurance-vie / épargne retraite

Pourquoi s’intéresser aux contrats de capitalisation

À l’ombre de l’assurance-vie, le contrat de capitalisation reste un parent pauvre de la gestion patrimoniale. À tort, cette enveloppe pouvant répondre efficacement à de multiples besoins tant des personnes physiques que morales. Explications.

Assurance-vie / épargne retraite

Une hausse masquée de nos impôts

Dans le cadre de sa déclaration de politique générale, la Première ministre a posé solennellement en « troisième principe [de l’action de son gouvernement], le respect ferme de l’engagement pris par le président de la République devant les Français : pas de hausses d’impôts ». Depuis, cette antienne est répétée à satiété. Pour autant, la promesse présidentielle n’est nullement respectée, sur deux plans essentiels.


Notre Cercle perd l’un de ses membres fondateurs

Ce lundi 13 mars, Rémy Gentilhomme, est brutalement décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 66 ans. Sa disparition nous affecte lourdement. Spécialiste reconnu de l’ingénierie patrimoniale, de la transmission d’entreprises familiales et du démembrement de propriété, domaines dans lesquels il a publié nombre d’ouvrages et d’articles de référence, Rémy Gentilhomme s’est, tout au long de sa carrière de notaire au sein de l’office Lexonot situé à Rennes, investi parallèlement dans l’enseignement en faculté de droit et dans les écoles de commerce, de même que dans les travaux du Conseil supérieur du Notariat. Il a apporté au Cercle la fraîcheur d’une réflexion personnelle et distanciée sur les dérives qu’il lui arrivait de relever dans le traitement fiscal des contribuables. En bref, il était un juriste et praticien de grande envergure, en même temps qu’un esprit libre toujours enclin à soutenir les thèses qu’il tenait pour justes sans crainte d’aller à rebours des idées reçues.

Ses collègues du Cercle, qu’il a contribué à fonder en 2006, rendent hommage à sa chaleur amicale et expriment à sa famille leur profonde sympathie face au deuil qui la frappe.