L’administration fiscale n’aime pas les bons samaritains

Publié le 4/02/2016

Dans un contexte économique extrêmement difficile, un certain nombre de locataires ont des difficultés à régler le loyer de leur appartement. Il arrive que des propriétaires compatissants acceptent de ne pas les poursuivre pendant un certain temps, afin de ne pas les mettre dans un état de précarité. Un bailleur s’est récemment trouvé dans cette situation, son locataire n’ayant pas pu le régler pendant plus d’un an. Ce n’est qu’à l’expiration de ce délai qu’il a repris le versement de ses loyers. L’administration fiscale a considéré que le bailleur aurait dû le poursuivre. Mieux, le fait qu’il se soit abstenu de toute poursuite judiciaire, a-t-elle décidé, pouvait être considéré comme un acte de donation du bailleur au locataire ! Donation taxable au taux de 60 %, impôt pour lequel le propriétaire et le locataire sont solidairement responsables. Cette position a été validée par la jurisprudence, bien que contestable sur le plan du droit civil.

Décision surprenante. Et qui n’est pas un encouragement à être compatissant vis-à-vis de ses locataires ! Cette décision va être, par ailleurs, une cause supplémentaire de la méfiance d’un certain nombre d’investisseurs envers l’acquisition de biens immobiliers à louer.
Le bon sens mériterait peut-être d’éclairer, dans certains cas, l’administration fiscale…

 

 

Bernard Monassier est président de BM Family Office et vice-président du Cercle des fiscalistes

Pour aller plus loin :
Contrôle / Procédure

Pourquoi les redressements fiscaux annulés par la justice sont de plus en plus nombreux

Bercy, pressé par le gouvernement d’annoncer des chiffres avantageux en matière de lutte contre la fraude fiscale, multiplie les redressements en sachant pertinemment qu’une partie d’entre eux, injustifiés, seront annulés par les tribunaux bien des années plus tard.

Contrôle / Procédure

Bercy va utiliser le Data Mining pour prédire qui fraudera

Une disposition de la loi de finances pour 2020 autorise l’administration fiscale à recourir à des méthodes visant à conjecturer qui va frauder dans le futur, s’inquiète l’avocat fiscaliste Jérôme Turot.