La fin de la convention franco-suisse pousse à l’expatriation

Publié le 9/10/2014

Dans le cadre de la lutte contre les fraudeurs fiscaux, le gouvernement français a dénoncé, en juin dernier, la convention fiscale franco-suisse, s’appliquant en matière de succession.
Cette convention avait été signée en 1953 et appliquée jusqu’à présent sans problème majeur. Mais à compter du 1er Janvier prochain, nos compatriotes demeurant en Suisse auront intérêt à aller consulter, rapidement, leur notaire ou leur avocat. En effet, à partir de cette date, en cas de décès d’un ressortissant français, demeurant en Suisse, ayant des héritiers demeurant dans l’Hexagone depuis plus de 6 ans, tous ses avoirs, quelle que soit leur localisation (y compris en pays helvète), seront passibles des droits de succession français. Sous déduction, néanmoins, des droits éventuellement appliqués par la Suisse !
Si leurs héritiers ne demeurent pas en France, seuls seront taxables à la fiscalité française les actifs immobiliers, qu’ils soient détenus en direct ou par le biais d’une société française, ainsi que les actions des sociétés ayant leur siège en France.
Cette décision censée inciter nos compatriotes à revenir en France, ne pourrait-elle pas inciter, au contraire, les héritiers à s’exiler à leur tour ?

Pour aller plus loin :
Fiscalité internationale

Les dangers d’une fiscalité « furtive »

Dans son nouvel article publié dans « Le Point », Philippe Baillot, membre du Cercle des fiscalistes et enseignant à l’université Paris-2-Panthéon-Assas, dénonce les dangers d’une fiscalité qui ne veut plus dire son nom.

Fiscalité internationale

Travailleurs non salariés, plus que quelques jours pour puiser dans votre épargne retraite

Le gouvernement, afin de pallier le manque de trésorerie lié à la crise, a voulu permettre aux travailleurs non salariés de retirer jusqu’à 8.000€ de certains produits financiers.

Fiscalité internationale

MINISTERE DE LA JUSTICE : un budget 2021 historique ? ​

Face à une simili bronca de la magistrature, le Garde des Sceaux, au cours d’une audition devant la commission des lois de l’Assemblée Nationale, a fait observer – à juste titre – que pour la première fois depuis plus de 25 ans le budget de son ministère allait connaître en 2021 une hausse de 8 %.