La fin de la convention franco-suisse pousse à l’expatriation

Publié le 9/10/2014

Dans le cadre de la lutte contre les fraudeurs fiscaux, le gouvernement français a dénoncé, en juin dernier, la convention fiscale franco-suisse, s’appliquant en matière de succession.
Cette convention avait été signée en 1953 et appliquée jusqu’à présent sans problème majeur. Mais à compter du 1er Janvier prochain, nos compatriotes demeurant en Suisse auront intérêt à aller consulter, rapidement, leur notaire ou leur avocat. En effet, à partir de cette date, en cas de décès d’un ressortissant français, demeurant en Suisse, ayant des héritiers demeurant dans l’Hexagone depuis plus de 6 ans, tous ses avoirs, quelle que soit leur localisation (y compris en pays helvète), seront passibles des droits de succession français. Sous déduction, néanmoins, des droits éventuellement appliqués par la Suisse !
Si leurs héritiers ne demeurent pas en France, seuls seront taxables à la fiscalité française les actifs immobiliers, qu’ils soient détenus en direct ou par le biais d’une société française, ainsi que les actions des sociétés ayant leur siège en France.
Cette décision censée inciter nos compatriotes à revenir en France, ne pourrait-elle pas inciter, au contraire, les héritiers à s’exiler à leur tour ?

Pour aller plus loin :
Fiscalité internationale

La crise sanitaire va-t-elle devenir une crise économique ?

Les Français ne croient pas que les recettes fiscales récurrentes pourront faire face au remboursement ou même au paiement des intérêts d’une dette qui aura explosé et cela parce que l’activité économique s’étant contractée…

Fiscalité internationale

Les entreprises françaises victimes d’un syndrome inconnu ?

Périodiquement, depuis le milieu des années 1970, les médias se font l’écho de la cession d’entreprises françaises de taille intermédiaire (ETI) au profit de groupes multinationaux. Cela déclenche, à chaque fois, un flot de commentaires et de controverses sur cet étrange phénomène conduisant au délitement du tissu industriel français…

Fiscalité internationale

Recourir à un impôt exceptionnel serait absurde

Les fiscalistes Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier écartent, dans une tribune au « Monde », l’idée d’un impôt de solidarité sur les patrimoines et les profits, tel qu’il a été pratiqué pendant les deux guerres mondiales, pour financer la crise actuelle.