La nationalité belge exonère-t-elle des obligations envers le fisc français ?

Publié le 20/09/2012

 

L’information selon laquelle Bernard Arnault a sollicité la double nationalité franco-belge a alimenté le débat politique sur la fiscalité de notre pays, au moment même où débutent les discussions sur le projet de loi de finances pour 2013.

Pourtant, d’un point de vue fiscal, cette information est un non-évènement. Car obtenir la nationalité belge n’exonérera pas Bernard Arnault de ses obligations envers le fisc français. Il continuera de payer ses impôts en France tant qu’il y est résident, c’est-à-dire tant que son domicile est en France. La Belgique, comme la France et la plupart des autres pays, taxe en effet ses contribuables selon leur lieu de résidence et non selon leur nationalité. Exception notable : les Etats-Unis qui imposent ses contribuables selon le critère de la nationalité. Les nationaux américains doivent payer leurs impôts au fisc américain où qu’ils vivent dans le monde.

Il est à noter que N. Sarkozy, durant la campagne présidentielle, a proposé que soit discuté un projet visant à faire de même en France, puis en Europe, ce qui reviendrait à mettre un terme au dumping fiscal au sein de l’Union Européenne et à permettre au fisc français de rattraper les français « fiscalement » exilés.

Au-delà de la certitude que Bernard Arnault continuera à payer ses impôts en France tant que son domicile fiscal s’y situera, tout le reste n’est que supputation. Se domiciera-t-il en Belgique pour cette fois-ci y payer ses impôts ? Abandonnera-t-il la nationalité française au profit de la nationalité belge et ainsi se voir offrir l’opportunité d’une domiciliation à Monaco ? L’avenir nous le dira.

En attendant, on peut regretter que l’arbre cache la forêt et que le symbole représenté par Bernard Arnault ne fasse oublier les centaines de français fortunés, mais certes moins emblématiques, qui chaque année quittent le territoire pour des cieux plus cléments, et dont le coût est supporté par le reste de la société.

Source: Article paru dans  » Les Echos  » 20/09/2012).

Pour aller plus loin :
Fiscalité internationale

La crise sanitaire va-t-elle devenir une crise économique ?

Les Français ne croient pas que les recettes fiscales récurrentes pourront faire face au remboursement ou même au paiement des intérêts d’une dette qui aura explosé et cela parce que l’activité économique s’étant contractée…

Fiscalité internationale

Les entreprises françaises victimes d’un syndrome inconnu ?

Périodiquement, depuis le milieu des années 1970, les médias se font l’écho de la cession d’entreprises françaises de taille intermédiaire (ETI) au profit de groupes multinationaux. Cela déclenche, à chaque fois, un flot de commentaires et de controverses sur cet étrange phénomène conduisant au délitement du tissu industriel français…

Fiscalité internationale

Recourir à un impôt exceptionnel serait absurde

Les fiscalistes Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier écartent, dans une tribune au « Monde », l’idée d’un impôt de solidarité sur les patrimoines et les profits, tel qu’il a été pratiqué pendant les deux guerres mondiales, pour financer la crise actuelle.