Taxer les revenus du capital autant que ceux du travail : et si c’était déjà fait

Publié le 16/09/2011

C’est un refrain bien connu, la fiscalité serait plus juste si on taxait les revenus du capital autant que ceux du travail. Je me risque à affirmer que le rapprochement est déjà largement réalisé.
Le propriétaire d’immobilier locatif ? Son revenu est déterminé et soumis au barème progressif comme celui de l’entrepreneur. Certes, on le laisse déduire instantanément le coût de renouvellement des installations mais on lui interdit d’amortir la construction. Pas de charges sociales mais aucune prestation en retour et impossibilité de financer la retraite en franchise d’impôt. Des prélèvements sociaux dus au taux de 12,3% (bientôt 13,5%) alors que l’exploitant s’en tire avec une CSG/ CRDS de 8%.
Le prêteur? Contrairement au banquier, le particulier prêteur ou détenteur d’obligations est taxé sur tout l’intérêt perçu, sans soustraction des coûts de financement qui se retrouvent dans l’érosion que l’inflation fait subir à son capital. Son revenu fiscal excède ainsi notablement son revenu économique : un rendement de 3% écorné par une inflation de 2% ne laisse qu’un revenu de 1% alors que l’impôt porte sur 3%. Amputé de 31,3% (bientôt 32,5%) sous le régime « favorable » du prélèvement libératoire, le revenu réel est alors quasi nul.

L’actionnaire ? Choyé parce que le fisc le libère par une cotisation de seulement 31,3% (bientôt 32,5%) ? Non. Car pour lui distribuer 200 par exemple, la société a dû dégager un profit de 300 sur lequel elle a payé un impôt sur les sociétés de 100. Ces 100, ajoutés à l’impôt de 62,6 assis sur le dividende de 200, portent la facture globale à 54,2% du profit initial de 300. Autant que si l’actionnaire avait été directement taxé au barème sur ce profit. Dans ce domaine, ce sont les niches qui nourrissent le fantasme d’un traitement privilégié.

Source : Article paru dans « Les Echos » 16 septembre 2011

Article rédigé par Jean-Yves Mercier, Avocat associé, CMS Bureau Francis Lefebvre
  • Partager
Pour aller plus loin :
Généralités

Attention aux nouvelles règles d’évaluation de l’IFI

Il ne sera pas possible de se contenter de procéder à une simple actualisation de la valeur des biens immobiliers dans sa déclaration. Les redevables de l’IFI doivent prendre rapidement conscience de la nécessité d’appliquer cette nouvelle méthode d’évaluation

Généralités

Le talon d’Achille de la gestion de patrimoine

La difficulté du business model de la gestion de patrimoine découle du fait que ces trois champs de réelle valeur ajoutée pour les épargnants génèrent des revenus principalement symboliques pour les conseillers patrimoniaux. Inversement, la gestion des actifs souscrits va s’accompagner d’une rémunération particulièrement significative et, qui plus est, récurrente en l’absence, pour l’essentiel, d’une véritable valeur ajoutée : le porte-à-faux est parfait.

Généralités

Imposition des ménages : une hausse rampante et masquée

LA LOI DE FINANCES 2024 a prévu, comme chaque année au cours de la période récente, d’indexer les tranches de revenus du barème de l’impôt sur le revenu (IR) sur la prévision d’évolution de l’indice des prix à la consommation hors tabac de 2023 par rapport à 2022, soit 4,8%. Selon l’exposé des motifs de la loi, « ces dispositions permettront de neutraliser les effets de l’inflation sur le niveau d’imposition des ménages ».


Le Cercle des fiscalistes apprend, ce mardi 2 juillet,

le décès de l’un de ses membres, Philippe Baillot, à l’âge de 68 ans.

Philippe se signalait par son sens de l’humour et sa jovialité. Très attaché à ses racines aveyronnaises, il aimait faire partager à son entourage son goût pour les choses de la table. Ses collègues compatissent à la peine de sa famille.