Le fisc se moque que vous preniez des vacances !

Publié le 8/10/2015


Source : Challenges du 8 octobre 2015

Les services fiscaux ont l’habitude de liquider les dossiers en cours à la fin du mois de juillet, avant les départs en vacances, ou fin décembre, pour éviter l’application d’une prescription éventuelle.

Cela se matérialise par l’envoi d’un pli recommandé contenant une proposition de redressement fiscal. Le contribuable dispose alors d’un délai de trente jours, éventuellement prorogeable sur demande écrite du contribuable, pour contester ce redressement. Hélas, au mois d’août ou en décembre, les familles sont fréquemment absentes de leur domicile : elles sont en vacances. Le pli recommandé est remis au gardien de l’immeuble, si celui-ci a reçu un pouvoir à cet effet auprès des services postaux. Une disposition de bon sens qui peut être catastrophique.
Car si les vacances ont duré trente jours, le délai de contestation est expiré. Et le contribuable est présumé avoir accepté la notification de redressement ! Aucune réclamation n’est plus possible, et le contribuable devra régler l’addition proposée.
Philosophie : il est préférable de faire suivre son courrier sur son lieu de vacances, ou ne pas quitter son domicile au-delà d’une quinzaine de jours ! Mieux vaudrait aussi modifier la loi pour donner soixante jours au contribuable pour répondre. Surtout quand on sait que l’administration, elle, a un délai de trois ans plus l’année en cours pour répondre au contribuable !. Cela serait une mesure de bon sens.

Pour aller plus loin :
Contrôle / Procédure

Pourquoi les redressements fiscaux annulés par la justice sont de plus en plus nombreux

Bercy, pressé par le gouvernement d’annoncer des chiffres avantageux en matière de lutte contre la fraude fiscale, multiplie les redressements en sachant pertinemment qu’une partie d’entre eux, injustifiés, seront annulés par les tribunaux bien des années plus tard.

Contrôle / Procédure

Bercy va utiliser le Data Mining pour prédire qui fraudera

Une disposition de la loi de finances pour 2020 autorise l’administration fiscale à recourir à des méthodes visant à conjecturer qui va frauder dans le futur, s’inquiète l’avocat fiscaliste Jérôme Turot.