Enfant légitime, taxation illégitime

Publié le 27/08/2015


Source : Challenges du 27 août 2015

En application de l’article 786 du Code général des impôts, les enfants bénéficiant d’une adoption simple sont taxés sur le plan du droit fiscal successoral comme des enfants légitimes ou naturels s’ils sont les enfants par le sang du conjoint de l’adoptant.
Cette disposition fiscale de faveur ne devrait pas, en principe, s’appliquer en cas d’adoption après le décès du parent biologique de l’adopté : l’adoptant étant à ce moment-là en situation de veuvage et non de mariage.
Cependant, depuis 1934, l’administration acceptait d’appliquer ce régime de faveur à cette situation relativement rare.
Or, en 2012, par inadvertance ou sciemment, l’administration a supprimé cette tolérance en omettant de la faire figurer dans le Bulletin officiel des finances publiques (BOFiP), seule documentation fiscale aujourd’hui opposable à l’administration.
Un parlementaire s’en est ému au Journal Officiel. Fin 2014, Bercy a publié sa réponse et prétend que la réponse de 1934 est toujours en vigueur. Hélas, tout ce qui n’est pas dans le BOFiP est sans valeur, et cette réponse de 1934 n’y figure pas.
L’administration s’était engagée à insérer cette réponse au BOFiP. On l’attend encore.

Une fois de plus, les contribuables se trouvent à la merci de la bonne volonté des fonctionnaires chargés d’appliquer une législation plutôt erratique.

 

  • Partager
Pour aller plus loin :
Donation / succession

Héritage et inégalités : « L’impôt sur la mort n’est pas la solution »

« Pour les parents, laisser un héritage à ses enfants consiste à arbitrer entre consommation personnelle et transmission familiale », estiment Jérôme Bernecoli et Frédéric Poilpré. Dans une chronique du Point publiée le 20 mai, Julien Damon propose de taxer les héritiers plutôt que l’héritage au soutien de la thèse selon laquelle il est économiquement plus avantageux d’hériter que de travailler, oubliant que les Français sont majoritairement contre l’impôt sur la mort.

Donation / succession

Donner aujourd’hui en pensant à demain

Aux termes de notre législation fiscale, chaque parent peut donner – en sommes d’argent, biens (meubles, voiture, bijoux, etc.), immeubles, ou valeurs mobilières (actions, parts sociales, etc.) – jusqu’à 100.000 euros par enfant sans qu’il y ait de droits de donation à régler. Ainsi, un couple peut-il transmettre à chacun de ses enfants 200.000 euros exonérés de droits tous les quinze ans.

Donation / succession

Pacte Dutreil : Transmettre votre entreprise par une donation ou une succession

Mis en place le 1er août 2003 et amélioré au fil des ans par plusieurs réformes successives, le régime du Pacte Dutreil est un régime fiscal intéressant pour les dirigeants souhaitant transmettre leur outil professionnel à leurs enfants pour favoriser la pérennité d’entreprises familiales. Il permet, sous réserve d’un engagement de conservation des titres et en respectant un certain nombre de conditions, d’exonérer de droits de mutation à titre gratuit à concurrence des trois-quarts de la valeur de l’entreprise transmise par donation ou succession, que cette transmission soit réalisée en pleine propriété ou avec réserve d’usufruit.


Report des Rencontres de la Fiscalité

3ème édition

Chère Madame, cher Monsieur,

La 3e édition des Rencontres de la Fiscalité, initialement prévue pour le 27 juin,
avec pour thématique « Droits de succession : faut-il les réformer ? »,
est reportée au mardi 5 Novembre.

EN SAVOIR PLUS