Il faut bien mûrir le don manuel aux enfants

Publié le 9/12/2010

Depuis plusieurs années, le nombre des donations s’est envolé, grâce aux mesures mises en place par le gouvernement. Mais lorsqu’on a plusieurs enfants, il faut être attentif à la façon dont ces opérations sont faites. Bien que parfaites sur le plan fiscal, elles peuvent aboutir à de vraies catastrophes au plan civil.
Prenons le cas de parents faisant une donation de 100 000 euros à un premier enfant pour qu’il les utilise pour acheter un logement. Quinze ans plus tard, ils font une donation d’un même montant à leur second enfant. Lors de la succession, la loi va demander que l’on compare ce qu’ont fait les deux donations et que l’on rétablisse l’égalité entre les héritiers au moment de la succession. Autrement dit, si l’appartement du premier enfant, financé avec les 100 000 euros transmis, vaut 1 million d’euros, celui-ci aura une dette vis-à-vis de son frère ou de sa sœur qui n’aura reçu que 100 000 euros. Il faut donc que les parents, au moment d’envisager d’aider un de leurs enfants à acheter leur logement, réfléchissent aux implications à long terme.

Les récents débats au Sénat sur le don manuel amènent à penser que cette question va revenir à l’ordre du jour sur le plan fiscal dans les mois à venir. Si l’on ne peut pas consentir aux deux enfants une donation de même montant le même jour par le même acte notarié, la solution, c’est de faire un prêt personnel à son enfant sur, par exemple, quinze ans à 2 %. Si l’autre a besoin de la même somme, les parents pourront faire une donation-partage aux deux enfants, donnant en espèces au second et effaçant la dette du premier.

Article rédigé par Bernard Monassier, membre du Cercle des fiscalistes.

Source : article paru dans « Challenges« , le 9 décembre 2010

  • Partager
Pour aller plus loin :
Donation / succession

Héritage et inégalités : « L’impôt sur la mort n’est pas la solution »

« Pour les parents, laisser un héritage à ses enfants consiste à arbitrer entre consommation personnelle et transmission familiale », estiment Jérôme Bernecoli et Frédéric Poilpré. Dans une chronique du Point publiée le 20 mai, Julien Damon propose de taxer les héritiers plutôt que l’héritage au soutien de la thèse selon laquelle il est économiquement plus avantageux d’hériter que de travailler, oubliant que les Français sont majoritairement contre l’impôt sur la mort.

Donation / succession

Donner aujourd’hui en pensant à demain

Aux termes de notre législation fiscale, chaque parent peut donner – en sommes d’argent, biens (meubles, voiture, bijoux, etc.), immeubles, ou valeurs mobilières (actions, parts sociales, etc.) – jusqu’à 100.000 euros par enfant sans qu’il y ait de droits de donation à régler. Ainsi, un couple peut-il transmettre à chacun de ses enfants 200.000 euros exonérés de droits tous les quinze ans.

Donation / succession

Pacte Dutreil : Transmettre votre entreprise par une donation ou une succession

Mis en place le 1er août 2003 et amélioré au fil des ans par plusieurs réformes successives, le régime du Pacte Dutreil est un régime fiscal intéressant pour les dirigeants souhaitant transmettre leur outil professionnel à leurs enfants pour favoriser la pérennité d’entreprises familiales. Il permet, sous réserve d’un engagement de conservation des titres et en respectant un certain nombre de conditions, d’exonérer de droits de mutation à titre gratuit à concurrence des trois-quarts de la valeur de l’entreprise transmise par donation ou succession, que cette transmission soit réalisée en pleine propriété ou avec réserve d’usufruit.


Report des Rencontres de la Fiscalité

3ème édition

Chère Madame, cher Monsieur,

La 3e édition des Rencontres de la Fiscalité, initialement prévue pour le 27 juin,
avec pour thématique « Droits de succession : faut-il les réformer ? »,
est reportée au mardi 5 Novembre.

EN SAVOIR PLUS