Mieux vaut loger son enfant à titre gratuit que pour un loyer minoré

Publié le 22/02/2012

Trouver un logement et être en mesure ensuite de payer le loyer est souvent une mission impossible pour les jeunes qui entrent dans la vie active. Aussi, de plus en plus, les parents sont amenés à loger leurs enfants dans des appartements acquis à titre de placement. Ils sont alors tentés de consentir un loyer inférieur à celui du marché. Personne ne pense, au sein de la famille, que cela pourrait susciter une quelconque difficulté. Dans une réponse ministérielle du 17 janvier 2012, le ministre des Finances a cependant rappelé qu’une location devait se faire à prix normal et que l’administration pouvait rectifier le revenu déclaré en majorant le prix du loyer du montant de la libéralité ainsi consentie par les parents à l’enfant. Ce qui signifie, en clair, que les parents paieront alors un impôt sur des sommes qu’ils n’auront pas perçues! Sur le plan du droit civil, si l’enfant est majeur et installé dans la vie active, cela peut aussi poser un problème vis-à-vis de ses frères et sœurs. En effet, il s’agit d’un avantage qui devra être pris en compte au moment du règlement de la succession des parents.

Conclusion? Chaque fois qu’il y a des rapports financiers entre parents et enfants, il faut qu’ils soient conformes à la valeur du marché si on veut éviter une requalification. Ce qui n’empêche pas des parents de loger gracieusement un enfant dans le cadre, par exemple, d’un prêt à usage gratuit. Ce qui pose problème, c’est un loyer minoré.

Source: Article paru dans  » Challenges  » 22/02/2012

Pour aller plus loin :
Donation / succession

Une fondation accessible à tous

Outre-Atlantique, l’économie du don est une tradition qui…

Donation / succession

Pour purger vos plus-values avant janvier, donnez !

Les donations font partie des opérations patrimoniales à inscrire sur son agenda en fin d’année…