Tel héritier est pris qui croyait prendre

Publié le 14/06/2012

Eviter le paiement de plus-values dans le cadre d’une succession sans prendre des précautions correctes juridiquement et fiscalement peut coûter cher. Ainsi, des héritiers ont vendu un immeuble dont le prix de vente était le double de la valeur figurant dans la déclaration de succession établie un an avant. Ils se trouvaient donc imposés sur la plus-value réalisée. Pour éviter cette taxation justifiée, ils ont souscrit une déclaration de succession rectificative deux ans après le décès de leur géniteur, accompagnée d’un complément de droits de succession. La valeur dans la déclaration rectificative correspondant au prix de vente, les héritiers ont jugé qu’ils n’avaient pas d’impôt sur la plus-value à payer. Bien entendu, le montant de complément de droits de succession était inférieur au montant de l’impôt dû sur les plus-values. Mais, le 1er février 2012, la cour d’appel administrative de Paris a condamné cette solution, considérant que l’administration fiscale, pouvait écarter – pour la taxation de la plus-value – la déclaration de succession rectificative. Ce jugement, qui confirme une jurisprudence (cour d’appel de Bordeaux du 20 février 2003), s’est traduit par une fiscalité alourdie pour les héritiers qui ont dû acquitter l’impôt sur les plus-values en plus du complément de droits de succession. Mieux vaut donc établir – avant de signer une promesse de vente – une déclaration de succession rectificative avec paiement des compléments de droits. L’administration est obligée d’admettre la valeur retenue dans cette déclaration.

Source: Article paru dans « Challenges »  du 14/06/2012

Pour aller plus loin :
Donation / succession

Succession : ces dispositifs fiscaux « oubliés »

Plusieurs mécanismes largement ignorés viennent alléger les droits à payer au moment d’un décès, explique dans sa chronique Bernard Monassier, vice-président du Cercle des fiscalistes.

Donation / succession

Comment donner de l’argent comme cadeau

La dimension séculière de Noël, dont les marchands du temple ont déjà appelé le prochain avènement, trouve son expression la plus tangible dans la profusion des gratifications en tout genre qui l’accompagne. La France est un pays où les actes les plus banals, comme celui qui consiste à offrir un cadeau à une autre personne, sont soumis au questionnement de la taxation éventuelle.

Donation / succession

Le mandat de protection future pour soi-même, un contrat utile pour préparer ses vieux jours

Largement encore ignoré, ce dispositif permet de se protéger pour l’avenir tout en préservant son style de vie, explique Pascal Lavielle, membre du Cercle des fiscalistes.