Vive la fraude aux droits de succession !

Publié le 4/05/2016


Article paru dans Challenges le 04/05/2016

 

Dans le cadre de la politique de simplification décidée par le gouvernement, les maires sont désormais dispensés de notifier aux services fiscaux la liste des personnes décédées dans leur commune. Le registre des décès était tenu à la main depuis Napoléon.

Preuve, s’il en est, du génie napoléonien en matière de droit civil, il avait trouvé là un moyen de communication très simple et efficace. Les services fiscaux, avertis par écrit du décès, savaient à quelle date les droits de succession étaient dus et diligentaient une enquête en cas de non-dépôt dans les délais légaux. Et cela a duré pendant deux siècles.

Il aurait suffi de rendre automatique ce transfert grâce aux moyens informatiques d’aujourd’hui. Or, au 1er janvier 2016, les pouvoirs publics sont revenus sur cette règle. Sa suppression va entraîner une moindre vigilance de l’administration. Résultat, certains héritiers pourraient tenter d’éviter de payer les droits de succession. Certes, d’autres obligations – liées à l’impôt sur le revenu ou aux impôts locaux et fonciers – permettront à l’administration fiscale d’être alertée dans la plupart des cas.

Mais quid des non-résidents qui possèdent une résidence secondaire en France ? Ils ne paieront plus de droits de succession en France. Immense incompréhension chez les fiscalistes ! Alors que les gouvernements ont fait de la lutte contre l’évasion fiscale une de leurs priorités, celui de François Hollande se prive de ressources significatives pour l’équilibre des comptes publics.

Pour aller plus loin :
Fraude fiscale

Autoriser le fisc à espionner les comptes des usagers des réseaux sociaux : danger !

Le Fisc pourrait à terme scruter les publications sur les réseaux sociaux. Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier (le président et le vice-président du Cercle des fiscalistes) alertent sur cet espionnage par le fisc des comptes des usagers des réseaux sociaux dans la lutte contre la fraude fiscale dans leur article publié dans Le Figaro le 07/11/2022.

Fraude fiscale

Le droit européen encadre les cumuls de poursuites et de sanctions que peut subir un contribuable

Un contribuable peut subir une double procédure fiscale et pénale et une double sanction, et n’est protégé contre ce cumul que par quelques faibles garanties. La CJUE vient de juger que le système français ne respecte pas le principe non bis in idem inscrit à l’article 50 de la charte des droits fondamentaux de l’UE, en vertu duquel nul ne peut être poursuivi ou puni en raison d’une infraction pour laquelle il a déjà été sanctionné.

Fraude fiscale

Les Panama Papers : et si on se trompait de coupable ?

Panama Papers, Paradise Papers, les scandales fiscaux qui se succèdent résultent d’une fiscalité…