Même en SCI, un bien loué en meublé est assujetti à l’impôt sur les sociétés

Publié le 18/04/2013

De nombreux contribuables, pour des raisons diverses, notamment de transmission de patrimoine, sont propriétaires de leur résidence secondaire par l’intermédiaire, d’une société civile immobilière (SCI).
Ils peuvent être tentés de mettre en location ces résidences pendant certaines périodes de vacances, à des moments où ils n’occupent pas les lieux. Ces maisons ou appartements sont, bien entendu, loués avec leurs meubles et agencements.
C’est le moyen de diminuer le coût de l’entretien de ces résidences inoccupées dix mois sur douze. Mais c’est oublier l’aspect fiscal de la situation : le fait de louer meublé, de façon régulière, un local d’habitation est une opération commerciale, et la société doit de ce fait être assujettie à l’impôt sur les sociétés. Le Conseil d’Etat, dans un arrêt du 28 décembre 2012, a confirmé ces principes : il a considéré qu’une location meublée, pendant un mois d’été, précédée d’une mise en location d’une durée de quinze jours, les deux ans précédents, transformait la nature de l’activité de la société civile.
Et, de ce fait, celle-ci devait être assujettie à l’impôt sur les sociétés.
Conclusion : en matière fiscale, il ne suffit pas`d’avoir de bonnes intentions et  de payer ses impôts, il faut être en conformité avec l’esprit de la loi.

Source : Challenges du 18 avril 2013 
Pour aller plus loin :
Immobilier

Réconcilier salariés et actionnaires est possible

FIGAROVOX/TRIBUNE – Instituons la faculté d’attribuer aux salariés un dividende du travail prélevé sur l’enveloppe que les actionnaires affectent chaque année à la distribution, plaident le président et le membre du Cercle des fiscalistes.

Immobilier

Loueur en meublé : attention au statut !

En cause, la modification législative qui prévoit, peut-être, le basculement automatique du régime de LMNP vers celui de LMP.

Immobilier

Fiscalité : l’assurance-vie sous pression

L’imposition de l’assurance en cas de décès est de moins en moins avantageuse, jugent Philippe Baillot et Philippe Bruneau membres du Cercle des fiscalistes.