Bonne nouvelle pour ceux qui vendent leur résidence principale

Publié le 5/04/2012

Les contribuables le savent: la cession de leur résidence principale est exonérée de l’impôt sur les plus-values. Mais ce n’est pas si simple. Un couple du sud de la France, muté au cours de l’année 1996-1997 dans la région parisienne, a mis en vente sa résidence principale.
Il découvre que la commune va modifier le plan d’occupation des sols: impossible donc de trouver un acquéreur durant le temps de l’étude. Plus d’un an après son déménagement, en novembre 1998, le couple trouve un acquéreur, mais qui ne signe qu’à condition d’obtenir un permis de construire. La vente n’est définitive qu’en décembre 1999, soit vingt-sept mois après la mutation. Le couple considérait que la plus-value réalisée était exonérée. Mais l’administration a exigé un impôt sur cette plus-value. Le tribunal administratif, puis la cour d’appel de Versailles ont donné raison au fisc. Le 16 décembre 2011, la cour d’appel administrative de Versailles, saisie sur renvoi du Conseil d’Etat, a fini par débouter l’administration. La cour a considéré que, même si un délai d’un an s’était écoulé entre déménagement et vente, il y avait exonération.
Décision importante, puisque jusqu’alors la doctrine administrative considérait que ce délai d’un an n’était qu’une tolérance.

Cette décision corrige une législation stricte, notamment quand un contribuable a été dans l’impossibilité physique, pour des raisons qui lui sont extérieures, de vendre son bien.

Source: Article paru dans « Challenges » 05/04/2012

  • Partager
Pour aller plus loin :
Impôt sur le revenu / Plus-Values

La fiscalité des happy few

Depuis la nuit du 4 août et l’abolition des privilèges, l’égalité devant l’impôt demeure au cœur de notre vie publique. Selon les derniers travaux de l’Insee, avant transferts, les ménages aisés (10 % de la population) ont un revenu 18 fois plus élevé que celui des ménages pauvres, contre 1 à 3 fois après transferts…

Impôt sur le revenu / Plus-Values

Deux poids, deux mesures

Une récente étude de l’Institut des politiques publiques nous apprend que les 0,1 % des Français les plus riches, les 378 foyers fiscaux versant les plus fortes contributions, seraient imposés sur leurs revenus au taux dérisoire de 2 %. Estimation surprenante, étant donné que le taux de l’impôt progressif culmine à 49 % dans la catégorie visée.

Impôt sur le revenu / Plus-Values

Surimposition des super dividendes : pas d’effet utile au-delà de l’annonce, selon le cercle des fiscalistes

« L’attachement politique pour cette mesure emblématique est inversement proportionnel à la portée pratique que comporterait sa mise en œuvre », analysent Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier.
L’Assemblée nationale avait adopté, contre l’avis du gouvernement, le relèvement de 5 points de la flat tax…


Report des Rencontres de la Fiscalité

3ème édition

Chère Madame, cher Monsieur,

La 3e édition des Rencontres de la Fiscalité, initialement prévue pour le 27 juin,
avec pour thématique « Droits de succession : faut-il les réformer ? »,
est reportée au mardi 5 Novembre.

EN SAVOIR PLUS