Article paru dans Le Monde du 03/05/2016.

Il y a fort à parier que le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu ne voit pas le jour en 2018 comme le Gouvernement s’y est imprudemment engagé. Car si son diagnostic est pertinent, la solution qu’il préconise ne l’est pas.

Le diagnostic est simple. Une des spécificités de notre impôt sur le revenu est le décalage qui existe entre la perception des revenus en année n et le paiement de l’impôt en année n+1. Tout le monde s’accorde à penser que ce décalage est nocif à un double titre. D’une part il induit une rétroactivité fiscale, car le contribuable ne connaîtra les modalités d’imposition de ses revenus qu’en fin d’année. D’autre part, un effet préjudiciable pour les contribuables en cas de baisse de leurs revenus en année n+1 alors qu’ils devront payer leurs impôts sur des revenus plus importants (ceux de l’année n).

Pour remédier à ce décalage, le Gouvernement préconise le prélèvement à la source de l’impôt par les entreprises. Solution d’une extrême complexité pour celles-ci qui devront tenir à jour les données personnelles (mariage, divorce, naissance…) et professionnelles (embauche et départ en cours d’année) de leurs salariés. Solution qui divulguera à l’employeur le taux d’imposition de ses salariés, ce qui peut être préjudiciable en période de négociation salariale. Solution qui transfère aux entreprises la responsabilité et les frais de collecte de l’impôt.

Autant d’obstacles qui inciteront le Gouvernement à abandonner la piste du prélèvement à la source. Et pour supprimer le décalage entre perception des revenus et paiement de l’impôt, à généraliser la mensualisation de l’impôt sur le revenu, déjà adoptée par 65 % des contribuables, qui revient à payer son impôt au fil de l’eau de manière plus simple et plus confidentielle.

Le projet gouvernemental est d’une telle complexité que seul un objectif politique pouvait justifier. Gageons qu’il s’agissait de la première étape d’une réforme beaucoup plus profonde de l’impôt sur le revenu consistant à le fusionner avec la CSG.

Pour aller plus loin :
Impôt sur le revenu / Plus-Values

Surimposition des super dividendes : pas d’effet utile au-delà de l’annonce, selon le cercle des fiscalistes

« L’attachement politique pour cette mesure emblématique est inversement proportionnel à la portée pratique que comporterait sa mise en œuvre », analysent Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier.
L’Assemblée nationale avait adopté, contre l’avis du gouvernement, le relèvement de 5 points de la flat tax…

Impôt sur le revenu / Plus-Values

Crypto-monnaies et fiscalité : comment ça marche ?

Les crypto-monnaies, pour n’évoquer que ces dernières dans le monde des actifs numériques, sont en train de devenir une classe d’actifs quasi à part entière qui occupe les discussions dans les dîners en ville tout en se faisant une part belle sur les réseaux sociaux. Sa démocratisation n’est plus un secret compte tenu de son écho dans les médias et ce malgré une nouvelle chute de près de 50 % du Bitcoin sur les 6 derniers mois. Voyons quelle est la fiscalité qui s’y applique.

Impôt sur le revenu / Plus-Values

Fiscalité des bitcoins et autres crypto-actifs : ce qui va changer

La taxation des gains réalisés sur le bitcoin, l’ethereum et les autres cryptomonnaies vont évoluer, explique Frédéric Poilpré, membre du Cercle des fiscalistes et directeur de l’ingénierie patrimoniale de Société générale Private Banking.