Un coup d’épée dans l’eau

Publié le 14/12/2008

Le projet de loi de finances pour 2009 prévoit que les avantages fiscaux procurés par les niches fiscales seront plafonnés à un double titre.

Dans un premier temps, il prévoit le plafonnement spécifique de trois niches emblématiques : l’activité de loueur en meublé professionnel, dont les conditions d’exigibilité seront plus contraignantes ; l’investissement en loi Malraux, dont la déduction du revenu imposable, très favorable aux hauts revenus, sera transformée en réduction d’impôt ; l’investissement DOM-TOM, dont l’avantage sera plafonné à 40 000 euros.

Ensuite, ces plafonnements se combineront avec un plafonnement global des niches selon lequel un contribuable ne pourra cumuler les réductions d’impôts au-delà de 25 000 euros plus 10 % de son revenu imposable. A la lecture de ce projet, quelques commentaires s’imposent.

D’une part, son impact budgétaire reste mineur. Alors que les niches fiscales « coûtent » à l’Etat environ 60 milliards d’euros par an, les gains attendus de cette réforme avoisineront  au mieux 200 millions d’euros. Une paille !

D’autre part, le gouvernement est tiraillé entre deux attitudes difficilement conciliables. Economiquement, il a certes intérêt à orienter l’épargne des ménages les plus aisés vers des secteurs d’activité où elle n’irait pas sans carotte fiscale (DOM-TOM, monuments historiques, cinéma…) pour éviter d’avoir à les financer lui-même. Mais politiquement, il souhaite dissuader ces mêmes contribuables d’y avoir recours massivement pour des raisons de justice fiscale. Or, la réforme proposée remet radicalement en cause l’intérêt des 3 principales niches fiscales. Pour pallier le manque de capitaux qui ne s’investiront plus directement dans les monuments historiques ou les DOM-TOM, les caisses de l’Etat seront certainement mises à contribution. C’est pourquoi, quitte à vouloir plafonner les niches fiscales, il eut été plus pertinent de plafonner le gain fiscal plutôt que l’investissement réalisé.

En définitive, l’idéal eut été de recourir à un examen exhaustif des 400 niches fiscales et de se poser pour chacune d’elle la question de savoir si elles ont une utilité pour la collectivité. Si oui, on les conserve ; si non, on les supprime. Pas de demi-mesure. Au lieu de cela, le gouvernement a préféré une voie plus politique en les plafonnant sans distinction. Le résultat est un texte indigeste à l’efficacité douteuse. Le Conseil constitutionnel appréciera, lui qui en décembre 2005 a déjà eu l’occasion de déclarer le principe du plafonnement des niches fiscales comme contraire à la Constitution en raison de son « excessive complexité, qu’aucun motif d’intérêt général ne suffisait à justifier ».

Article paru dans « Le Monde » en décembre 2008

Pour aller plus loin :
Impôt sur le revenu / Plus-Values

Surimposition des super dividendes : pas d’effet utile au-delà de l’annonce, selon le cercle des fiscalistes

« L’attachement politique pour cette mesure emblématique est inversement proportionnel à la portée pratique que comporterait sa mise en œuvre », analysent Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier.
L’Assemblée nationale avait adopté, contre l’avis du gouvernement, le relèvement de 5 points de la flat tax…

Impôt sur le revenu / Plus-Values

Crypto-monnaies et fiscalité : comment ça marche ?

Les crypto-monnaies, pour n’évoquer que ces dernières dans le monde des actifs numériques, sont en train de devenir une classe d’actifs quasi à part entière qui occupe les discussions dans les dîners en ville tout en se faisant une part belle sur les réseaux sociaux. Sa démocratisation n’est plus un secret compte tenu de son écho dans les médias et ce malgré une nouvelle chute de près de 50 % du Bitcoin sur les 6 derniers mois. Voyons quelle est la fiscalité qui s’y applique.

Impôt sur le revenu / Plus-Values

Fiscalité des bitcoins et autres crypto-actifs : ce qui va changer

La taxation des gains réalisés sur le bitcoin, l’ethereum et les autres cryptomonnaies vont évoluer, explique Frédéric Poilpré, membre du Cercle des fiscalistes et directeur de l’ingénierie patrimoniale de Société générale Private Banking.