Un terrain devenu inconstructible ne perd pas forcément de valeur

Publié le 28/06/2012

En matière de donation, de succession et d’ISF, le contribuable doit déclarer les biens immobiliers d’après leur valeur vénale à la date du décès ou à la date de la donation, ou au 31 décembre de l’année précédente, dans le cadre de l’ISF.
Pour contrecarrer la valeur déclarée par le contribuable, l’administration va tenir compte des évolutions favorables d’un certain nombre d’éléments, comme la transformation du régime juridique du bien en question. Exemple, un terrain agricole qui devient plus tard constructible change de ce fait de valeur. On aurait pu croire que lorsqu’un terrain devient inconstructible alors qu’il était constructible, une révision de la valeur donnée était imaginable. Dans une réponse du 19 janvier, l’administration a déclaré qu’il n’en était pas question.

Juridiquement, l’analyse s’avère incontestable : pour évaluer un bien on ne doit pas tenir compte d’évènement postérieur au fait générateur de l’impôt, sauf si cet événement a modifié la situation juridique ou économique du bien de façon rétroactive. En revanche, à l’intérieur du délai de prescription (généralement trois ans), l’administration peut contester la valeur proposée par le contribuable pour la rehausser, au motif que ladite valeur doit tenir compte des perspectives d’avenir. Moralité : en ces temps de disette budgétaire, il est certain qu’il faut trouver tous les moyens pour remplir les caisses de l’Etat, même si, sur le plan du bon sens, cela est difficilement compréhensible.

Source: Article paru dans  » Challenges  » du 28/06/2012

  • Partager
Pour aller plus loin :
Immobilier

Revenus fonciers

Pendant des décennies, les propriétaires bailleurs ont bénéficié d’un abattement de 14% sur leurs revenus fonciers.
En 2006, le législateur a décidé de refondre le barème de l’impôt sur le revenu en abaissant les taux d’environ 20%. Corrélativement, il a supprimé la déduction forfaitaire de 14%.

Immobilier

Le législateur doit remettre d’équerre le marché immobilier

Le gouvernement rencontre des problèmes de coordination dans sa politique immobilière. Le marché locatif est déséquilibré. Il faut mettre en place une réforme d’ampleur pour encourager la construction de nouveaux logements et aider les propriétaires à réaliser la transition écologique, en s’appuyant sur les points énoncés par ces auteurs.

Immobilier

Des pistes concrètes pour mettre en place une véritable politique du logement

FIGAROVOX/TRIBUNE – Le gouvernement a décidé en juin dernier de mettre fin au dispositif Pinel. Pour Bernard Monassier, vice-président du Cercle des fiscalistes, cette mesure de bon sens n’est qu’un début, et il est urgent que d’autres réformes durables soient entreprises pour remédier à la crise du logement.


Le Cercle des fiscalistes apprend, ce mardi 2 juillet,

le décès de l’un de ses membres, Philippe Baillot, à l’âge de 68 ans.

Philippe se signalait par son sens de l’humour et sa jovialité. Très attaché à ses racines aveyronnaises, il aimait faire partager à son entourage son goût pour les choses de la table. Ses collègues compatissent à la peine de sa famille.